• SELF PRO KRAV - MÉTHODE ORIGINALE ET REDOUTABLE DE SELF DÉFENSE ADAPTÉE A LA VIOLENCE DES AGRESSIONS DE RUE

INTERNATIONAL POLICE CONFEDERATION (IPC)

INTERNATIONAL POLICE CONFEDERATIONBeaucoup connaissent déjà le capitaine Jacques Levinet, expert international et fondateur de plusieurs disciplines de self défense pour les civils (Self Pro Krav, Canne Défense, Bâton Défense) et de méthodes opérationnelles d’entrainement pour les forces de l’ordre (Real Operational System ou ROS, Tonfa Opérationnel ou TO, Bâton Opérationnel ou BO, Gestes Techniques Opérationnels d’Intervention et de Protection ou GTOIP). Ses pérégrinations dans le monde entier au sein des unités de police, de l’armée et des swats (USA, Russie, Australie, Canada, Amérique du Sud et Europe) lui ont permis d’être en relation avec les plus grands experts mondiaux des forces de sécurité. De ces expériences lui est venue l’idée de créer une tête de pont, unissant les forces de l’ordre à travers le globe, sous la forme d’une Association Police Internationale qu’il a nommé l’IPC ou International Police Confederation. Déjà plusieurs pays ont plébiscité cette initiative et ont rejoint l’IPC. Nous avons voulu en savoir plus sur cette création.

MEDIA : Pouvez-vous nous décrire ce qu’est l’IPC (international Police Confederation) ?

Capitaine Jacques Levinet : La Confédération Internationale Police (IPC) est exclusivement réservée aux membres des forces de l’ordre, actifs ou retraités (police, armée, douanes, pénitentiaire, forces officielles de sécurité). Cette organisation est un lien entre différentes polices et unités pour échanger des pratiques techniques et opérationnelles de police, la coopération et l’expérience parmi les membres des forces de l’ordre, les experts et les organisations du monde entier. Cette structure est dirigée par un groupe d’instructeurs professionnels reconnus, dont le Capitaine Jacques Levinet, expert international et fondateur de l’IPC. L’appartenance à l’IPC, soumise à des conditions, ouvre les droits à la participation de stages internationaux, des séminaires, des réunions, des rencontres, des reconnaissances et des informations professionnelles. Pas de politique et pas de religion à l’IPC (Association Police Internationale).

MEDIA : Comment est organisée l’IPC (international Police Confederation) ?

CJL : L’organisation est structurée autour d’un bureau comprenant un président, une secrétaire générale ainsi que, pour chaque pays concerné, de représentants et d’un directeur IPC. Pour adhérer à l’IPC, il faut impérativement appartenir aux forces de l’ordre (police, armée, douanes, pénitentiaire, sécurité officielle des états). Une demande circonstanciée, avec pièces à l’appui, est alors transmise au bureau de l’IPC qui décide de l’acceptation ou du refus du candidat en fonction de son sérieux et de sa crédibilité. Outre la France, avec plusieurs représentants, des pays étrangers ont déjà rejoint les rangs de l’IPC (Association Police Internationale), comme l’Italie, le Danemark, l’Autriche, la Bulgarie, l’Espagne et d’autres sont en attente comme le Luxembourg, le Portugal, l’Argentine et Porto Rico.

MEDIA : Quels sont les objectifs de l’IPC (international Police Confederation ?

CJL : Notre but est d’échanger les différentes expériences professionnelles de chacun de nos membres, en fonction de son affectation et de son pays. Les législations ne sont pas les mêmes, surtout au niveau de la légitime défense, en Europe et dans les autres pays. Par exemple l’usage des armes en dotation est distinct, selon les unités des forces de l’ordre, en fonction de leurs propres critères juridiques et déontologiques d’utilisation. Il est bon de savoir, à l’heure de la mondialisation, comment agissent les nombreux intervenants des forces de l’ordre sur le terrain. L’IPC envisage d’établir des échanges en matière juridique, sans aucune polémique (connaître les droits et devoirs de chacun de nos adhérents dans l’exercice de leurs missions), en matière d’expérience de la gestion de la violence, en matière de formation (initiale et continue), et en matière de méthodes d’entraînement pour les différents acteurs de la loi dans son application sur le terrain de l’action. Notre but n’a aucune visée politique ni économique mais seulement de mieux se connaître entre les différentes fratries que constituent les forces de l’ordre. Une connaissance universelle en somme sans aucun chauvinisme ni a priori.

MEDIA : Quelles seront les moyens d’action de l’IPC (international Police Confederation ?

CJL : La langue universelle anglaise va être notre véhicule commun quant à nos moyens de communication. L’IPC (Association Police Internationale) va mettre en place des réunions périodiques avec les responsables et directeurs respectifs de chaque pays afin, dans un premier temps, de mieux se connaître et de définir des moyens d’action communs respectant le même objectif. Des stages et séminaires vont être prévus afin d’échanger également le savoir faire des intervenants, en fonction de leur vécu et de leur expérience professionnelle. Des échanges d’information, toujours empreints d’une déontologie professionnelle, vont avoir lieu tout, dans le respect du secret professionnel inhérent à telle ou telle unité. Pour cela nous avons déjà mis en ligne, un site internet et un lien social Facebook IPC (Association Police Internationale). Des vidéos sont déjà opérationnelles sur les liens sociaux comme You Tube ou Daily motion. Des cours périodiques communs vont aussi être à l’ordre du jour dans les différents pays qui composent l’IPC. Ceci devrait permettre de mieux faire connaître les différentes méthodes d’entraînement utilisées. Des moyens pédagogiques communs à l’IPC seront aussi définis pour donner une identité de fonctionnement et un label IPC. A ce sujet des diplômes et une graduation IPC seront décernés, après évaluation du savoir faire et de l’expérience professionnelle de chacun des postulants, et non obligatoirement sans aucune vérification. En somme, les différents adhérents de l’IPC seront aussi des acteurs et des intervenants, chacun en fonction de ses acquis, et non pas seulement des membres inactifs se revendiquant de l’IPC. Une interaction est nécessaire pour crédibiliser notre structure et la rendre plus vivante. Le savoir se partage et ne se décrète pas.

MEDIA : Quelles sont les reconnaissances de l’IPC (international Police Confederation ?

CJL : L’IPC repose déjà sur le crédit que lui apporte notre Fédération AJL, déjà implantée en France dans de nombreuses régions, départements et clubs ainsi que dans plusieurs pays européens, et autres continents. Afin d’assurer une meilleure prospection, auprès des services officiels concernés, chaque directeur IPC se verra accréditer par une lettre de reconnaissance de ses fonctions au sein de notre organisation. Ensuite nous prévoyons de conclure des accords de partenariat et de reconnaissance mutuelle avec d’autres structures ou fédérations existantes dans les pays affiliés à l’IPC. Le crédit de l’IPC,(Association Police Internationale), passe aussi par l’acceptation des différentes composantes pédagogiques des pays membres. Autrement dit, les méthodes d’entraînement, enseignées et utilisées par les représentants IPC, vont être étudiées puis, selon le cas, reconnues et avalisées au sein de notre organisation. Notre but n’est pas d’être sectaire et de ne reconnaître que telle ou telle famille de méthodes mais de rester ouvert en respectant les méthodes choisies par nos différents interlocuteurs étrangers. Par exemple, pour ce qui concerne la France, le Real Operational System ou ROS, qui a déjà fait ses preuves auprès de services généralistes et d’unités spéciales, a été avalisée par l’IPC mais il ne sera pas le seul car nous ne prétendons pas détenir la vérité. Cette ouverture nous permettra de nous améliorer et de mieux accepter les différences sans aucun prosélytisme. En fait, nous ne voulons pas faire une méthode IPC mais un regroupement de savoir faire, dans le respect de leur identité intrinsèque.

MEDIA : Quelles sont les projets de l’IPC (international Police Confederation ?

CJL : Obtenir une reconnaissance internationale digne de ce nom passe par le crédit que nous souhaitons obtenir de la part des différents pays concernés. Cela ne peut s’entrevoir que par le travail sérieux de nos membres et le label de l’IPC. Autant de raisons qui nous poussent à projeter une réunion internationale annuelle, sous forme à la fois d’un séminaire d’entraînement commun et d’une conférence police avec la venue d’intervenants de qualité, au fait des problèmes respectifs d’action et de réaction en matière des forces de l’ordre. Ce genre de manifestation devrait nous permettre de resserrer les liens qui nous unissent au sein de l’International Police Confederation. Enfin une carte d’appartenance IPC est en cours de réalisation pour permettre, à chacun de nos membres, de mieux s’identifier auprès de leurs interlocuteurs.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

international police confederation

International Police Confederation

INTERNATIONAL POLICE CONFEDERATION -INTERNATIONAL POLICE CONFEDERATION -INTERNATIONAL POLICE CONFEDERATION – INTERNATIONAL POLICE CONFEDERATION
Share Button

Les commentaires sont fermés